, ,

La Sauge

sauge

La sauge, « Salvia savatrix »  ou la plante qui sauve et qui guérit, la sauge (Salvia officinalis) est connue depuis l’Antiquité pour ses vertus multiples. Elle fût longtemps associée à l’immortalité et à la longévité dans plusieurs cultures.

La sauge et en particulier la sauge officinale, possède plusieurs vertus médicinales, En effet en phytothérapie, la sauge est souvent utilisée en décoction ou en infusion contre plusieurs maux, notamment sur le système hormonal féminin ainsi que les affections de la cavité buccale et de la sphère ORL. Voici quelques une des vertus les plus connues de la sauge.

Histoire de la Sauge

saugeLa sauge était une des plantes salvatrices du Moyen Âge. Reconnue par les Chinois, ces derniers n’hésitaient pas à échanger leurs feuilles de thé les plus précieuses contre des feuilles de sauge. Louis XIV en avait même fait sa tisane de prédirection et en servait à tout propos.

Les Grecs, les Romains et les Arabes l’employaient communément comme tonique et en compresse contre les morsures de serpent. Au XVI siècle, le botaniste Jacob Tabernae-Montanus raconte que les femmes égyptiennes avaient l’habitude de boire du jus de sauge pour accroître leur fertilité.

Au XVIIIe siècle, on roule les feuilles de sauge comme des cigarettes. Tous les asthmatiques se mettaient à fumer de la sauge dès l’apparition du premier pollen printanier. La plante était associée à l’immortalité et à la longévité. Certains groupes d’Amérindiens mélangeaient la sauge avec de la graisse d’ours pour guérir les problèmes de peau. On a aussi utilisé la plante pour traiter les verrues.

« Qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin d’un médecin » (dicton provençal)

À l’époque préhispanique, les Aztèques (et avant eux, les Mayas) ont cultivé une variété locale de sauge, le « chia » (Salvia hispanica), qui a donné son nom à l’État mexicain du Chiapas (eaux/rivière du chia) ; les graines de chia constituaient alors la troisième source alimentaire végétale après les variétés de maïs et de blé. La culture de chia a ensuite presque disparu pour ne subsister qu’à l’état sauvage, pour des raisons politiques et religieuses (car la graine servait aussi de monnaie d’échange et dans les offrandes rituelles). On redécouvre aujourd’hui ses vertus en matière de nutrition, car sa petite graine ovale ou ronde (d’environ 1 mm de diamètre), généralement grise, mêlée de taches noires ou blanches, et qu’on peut consommer de la même façon que le riz ou la semoule de blé, est très riche en acides gras polyinsaturés cis (dont plus de 60 % d’oméga-3) et pratiquement exempte de tout composé toxique (notamment, absence de ricine et produits similaires) ou phyto-hormonal.

Aujourd’hui à nouveau cultivée en Amérique centrale et dans le sud des États-Unis, la graine de chia est une source alternative d’oméga-3, préférable au soja ou même à la graine de lin qui font l’objet de surveillance de la part des autorités sanitaires à cause de leur trop fort apport en flavonoïdes actifs (propriétés hormonales comparable aux œstrogènes) ou aux huiles de poisson (dont la pêche est aujourd’hui limitée et dont les sous-produits ne sont plus exempts de composés polluants). Cette semence fait partie des «nouvelles» espèces alimentaires dont l’usage devrait se développer et faire l’objet de recommandations, d’autant plus que sa culture est nettement moins exigeante en ressources naturelles que celle du soja et nécessite beaucoup moins d’engrais azotés (polluants des nappes aquifères et de l’atmosphère). En France, on la

Légende

La sauge a été historiquement associée à de nombreux rites. Les Romains la cueillaient à la main, vêtus de toges immaculées, les pieds nus. Chez les Celtes, les druides la cueillaient aussi à main nue, ou avec une serpette en or, jamais avec un outil  en métal ferreux. Traditionnellement, elle est employée lors des rituels de purification. La sauge des devins, Salvia divinorum, aux vertus hallucinogènes, était utilisée par les chamans mexicains.

Botanique

Arbrisseau à tige quadrangulaire d’une hauteur d’environ 80 cm, la sauge officinale affectionne les régions ensoleillées et sèches. Pour cette raison, on la trouve en grande quantité tout autour du bassin méditerranéen. Elle est semée au printemps et ses feuilles ovales et laineuses, d’une couleur gris-vert, sont généralement récoltées en été. La sauge produit de petites fleurs disposées en épis, d’une couleur violette ou bleue.

saugePlantation de la sauge  :
Vous pouvez planter la sauge à partir d’octobre jusqu’au mois de mai-juin en respectant une distance de 25 à 30 cm entre chaque plante.
Évitez de planter la sauge l’été durant les fortes chaleurs car elle pourrait subir un fort stress et ne pas s’en remettre.
La sauge aime le plein soleil mais tolère la mi-ombre
Elle aime les sols bien drainés, même pauvre
C’est au soleil que la sauge donne le meilleur d’elle même en termes d’arômes
En semis, semez les sauges annuelles au mois de mars sous abri.
Dans tous les cas, choisissez un endroit bien ensoleillé

Habitat

Originaire des pourtours de la Méditerranée, la sauge est un sous-arbuste qui fut introduit en Europe de l’Est et du Nord au Moyen Âge, puis en Amérique au XVIIe siècle. On la cultive commercialement en Albanie, dans l’ex-Yougoslavie, en Turquie, en Grèce, en Italie, en France, en Angleterre et en Amérique. Elle affectionne les sites bien ensoleillés et les sols bien drainés.

Comme beaucoup de Lamiacées, la sauge faisait partie à l’origine de la flore méditerranéenne. Elle est particulièrement abondante sur les versants calcaires ensoleillés de la côte dalmate (Croatie et Monténégro). L’exportation de feuilles et d’huile de sauge était une source de revenus non négligeable de l’ancienne Yougoslavie où elle est cultivée, ainsi qu’en Albanie, en Hongrie, en Allemagne et en France. L’Espagne nous fournit   principalement la Sauge espagnole, dont l’huile essentielle a une forte senteur d’eucalyptus.

Constituants de la sauge

Principaux constituants de la sauge officinale

La plante renferme des tanins, des flavonoïdes, des triterpènes, des diterpènes, un acide-phénol, l’acide rosmarinique et une essence aromatique riche en camphre, en cinéole et en cétones monoterpéniques, les alpha et bêta-thuyhone, mucilage, sels, vitamines. Riche en oestrogènes (hormones féminines).

12 vertus de la sauge

1) Elle atténue les bouffées de chaleur
sauge
La sauge est remplie de bienfaits pour les femmes en période de ménopause. En effet, elle permet de lutter contre l’un des principaux inconvénients de cette période : les bouffées de chaleur.
Lors de la ménopause, les ovaires cessent de fonctionner, entraînant une baisse des œstrogènes dans l’organisme. Cette baisse provoque un déséquilibre hormonal, ce qui donne lieu à des bouffées de chaleur. Or, la sauge contient des phyto-œstrogènes, qui permettent de compenser la baisse pour  retrouver un certain équilibre.
Grâce à ça, la sauge aide à réduire la fréquence des bouffées de chaleur, mais aussi à en limiter l’intensité.

Pour cela, il vous suffit de préparer une infusion de sauge. Le procédé est plutôt simple : faites bouillir de l’eau et ajoutez-y entre 1 et 1,5 gr de feuilles de sauge séchées. Laissez bouillir le tout pendant une dizaine de minutes, puis filtrez le liquide pour récupérer l’eau infusée. Buvez entre une et trois infusions par jour.
Si vous préférez, vous pouvez aussi créer une infusion avec de l’huile essentielle de sauge. Dans ce cas, vous devrez alors remplir une tasse d’eau chaude et y verser 2 à 3 gouttes d’huile essentielle. Buvez cette boisson jusqu’à 3 fois par jour.

2) Elle combat la transpiration excessive
Autre problème lié à la ménopause (mais pas seulement!), la transpiration excessive peut être limitée par l’action de la sauge. Grâce à l’acide ursolique qu’elle contient, elle peut en effet réguler la transpiration.
Pour cela, vous pouvez en boire une infusion par jour ou même décider de vous y baigner! En effet, il est possible de préparer un bain à la sauge en suivant le même principe que l’infusion.

Pour vous concocter ce bain aux vertus médicinales, commencez par verser deux litres d’eau dans une casserole, et portez à ébullition. Ajoutez-y un bol de feuilles de sauge et laissez bouillir pendant une dizaine de minutes. Ensuite, filtrez le tout pour ne récupérer que le liquide infusé, et versez-le dans l’eau de votre bain. Il ne vous reste plus qu’à profiter de votre moment de détente, en laissant la sauge faire son travail!
Attention, la sauge n’arrêtera pas complètement votre transpiration, ce qui serait mauvais pour la santé. Elle permet seulement de la réguler, pour en retrouver un niveau normal.

3) Elle aide à la digestion
La sauge joue un grand rôle au niveau de la digestion. Tout d’abord, elle favorise la digestion après un repas, surtout lorsque celui-ci a été trop copieux. Mais ce n’est pas tout. Grâce à ses propriétés antispasmodiques, la sauge aide également à soulager les crampes d’estomac ainsi que les ballonnements. De plus, elle diminue les gaz intestinaux.
Pour tout cela, il vous suffit de boire une infusion de sauge après un repas, ou lorsque vos douleurs apparaissent.
Et si vous avez besoin d’ouvrir votre appétit avant le repas, la sauge pourra aussi vous aider !

4) Elle calme les maux de gorge
Grâce à ses propriétés astringentes, antiseptiques et anti-inflammatoires, la sauge est très efficace pour soulager les maux de gorge. Elle permet de significativement réduire l’inflammation de la gorge, mais elle aide aussi à renforcer les défenses immunitaires.
Pour soulager un mal de gorge avec la sauge, deux solutions s’offrent à vous. La première est de la boire sous forme d’infusion. La deuxième est de la prendre en gargarisme, en concoctant votre propre bain de bouche. Dans ce cas, rajoutez quelques gouttes de vinaigre à votre infusion de sauge et rincez votre bouche avec avant de recracher.

5) Elle participe à l’hygiène bucco-dentaire
Outre la gorge, la sauge est aussi très bonne pour la bouche en général, et plus particulièrement pour son hygiène. Ainsi, elle lutte contre les bactéries qui sont à l’origine de la plaque dentaire et qui attaquent les gencives.
De plus, la sauge a le pouvoir de blanchir les dents, et vous trouverez de nombreux dentifrices qui en contiennent. Mais si vous voulez utiliser la sauge sous sa forme naturelle, c’est possible : il vous suffit de frotter des feuilles fraîches sur vos dents.

6) Elle favorise la cicatrisation
Grâce à ses propriétés antiseptiques, la sauge est aussi très efficace sur les plaies, qu’il s’agisse d’une petite blessure ou d’une coupure quelconque.
Pour profiter de ses vertus cicatrisantes, munissez-vous de feuilles de sauge fraîches. Ensuite, après avoir nettoyé la plaie à l’eau et au savon et l’avoir séchée, posez simplement les feuilles sur la plaie. Recouvrez le tout d’un pansement, et changez-le tous les jours.

7) Elle soulage les piqûres d’insectes
Sur la peau, la sauge aide aussi à soulager les démangeaisons et les douleurs entraînées par les piqûres d’insectes. Pour cela, prenez quelques feuilles de sauge fraîche et frottez-les sur la piqûre.
Vous pouvez aussi utiliser son huile essentielle en la versant sur un coton, que vous passerez ensuite sur la piqûre.

8) Elle lutte contre les pellicules et embellit les cheveux
sauge
La sauge est aussi dotée de vertus au niveau cosmétique. Elle peut ainsi faire des miracles sur les cheveux. En effet, non seulement la sauge est très efficace contre les pellicules, mais elle aide aussi à redonner aux cheveux leur brillance et leur couleur.
Pour lutter contre les pellicules, prenez une cuillère à café d’huile d’amande douce et ajoutez-y cinq gouttes d’huile essentielle de sauge. Mélangez le tout. Après avoir lavé vos cheveux avec votre shampoing habituel, massez bien votre cuir chevelu avec ce mélange d’amande et de sauge, avant de rincer.

Pour redonner éclat et vitalité à vos cheveux, préparez une infusion de feuilles de sauge. Filtrez ensuite le mélange pour n’en retirer que le liquide, et versez-le sur vos cheveux lors du rinçage. Pour une meilleure efficacité, ajoutez du thym et du romarin à votre infusion.

9) Régulation hormonale
La sauge est un remède ancestral bien connue des femmes pour réguler le cycle menstruel et éviter le phénomène de syndrome pré-menstruel.
Elle est aussi très utile pour minimiser les troubles de la ménopause. Bien que son action hormonale ne soit pas encore clairement élucidée, la sauge permet de réguler la transpiration et les bouffées de chaleur, elle aide l’organisme à s’adapter aux changements hormonaux durant cette délicate période.

10) Elle rend la peau plus belle
La sauge a également de nombreux effets sur la peau. Tout d’abord, elle est connue pour lutter contre la peau grasse. Pour cela, préparez une infusion de sauge, filtrez-la et laissez-la refroidir. Le soir, après avoir nettoyé votre visage, versez l’infusion sur un coton et passez-le sur votre visage.

Elle peut aussi être utilisée pour lutter contre le teint morose et avoir bonne mine. Dans ce cas, versez 6 gouttes d’huile essentielle de sauge dans environ 25cl d’eau tiède et utilisez votre mélange pour nettoyer votre visage.
La sauge est aussi présente dans plusieurs crèmes anti-âge car elle aide à ralentir la formation des rides.

11) Cosmétiques
La sauge est un fixateur de parfum bien connu dans le domaine de la parfumerie. N’hésiter pas à essayer ce truc de grand-mère : frottez une feuille de sauge sur votre peau avant d’appliquer votre parfum, il durera plus longtemps !
Utilisée dans les soins capillaires, la sauge permet de lutter contre les pellicules et donne de la brillance au cheveux. Son huile essentielle, entre dans la composition de masques pour les peaux grasses ou acnéiques.
Attention, cette huile essentielle contient jusqu’à 50% de thujone, substance neurotoxique et abortive, les femmes enceintes ne devront pas l’utiliser, tout comme les sujet épileptiques.

12) Doper la mémoire
Le compte-rendu d’une étude médicale publié en février 2003 démontre les effets positifs de la sauge sur la mémoire. En effet, des patients souffrant de la maladie d’Alzheimer ont vu leur capacité mémorielle s’améliorer légèrement sous l’effet de la teinture de sauge. D’autres études sont venues appuyer ces données depuis : la consommation de capsules de feuilles séchées de sauge (que l’on peut acheter en magasins bio), notamment, semble avoir une influence bénéfique sur la mémoire à court terme.

En cuisine

saugeLes jeunes feuilles de sauge fraîche seront utilisées, hachées sur les salades ou les légumes vapeur. On peut aussi en faire des beignets, ou les cristalliser au sucre. Quant à la sauge ananas (Salvia elegans), vous pouvez la parsemer sur tous les desserts de fruits.

Les feuilles sèches, à l’arôme plus marqué que les fraîches, s’utilisent dans les farces, les pâtes à pain. Elles aromatisent les huiles, les vinaigres ainsi que le vin. Ajoutez quelques feuilles dans tous les plats riches, car elle en facilite la digestion. Riche en vitamine K, la sauge sera utilisée parcimonieusement en cuisine par les personnes sous traitement anticoagulant.

Exemples de recettes incluant de la sauge

Confusions

Ne pas confondre la sauge dont on traite dans cette fiche (Salvia. officinalis) avec la sauge chinoise (Dan Shen – Salvia miltiorrhiza), ni avec la sauge de prairie (Artemisia ludoviciana) dont les propriétés diffèrent.

Le Phlomis fruticosa est souvent nommé « sauge de Jérusalem », mais ne fait pas partie du genre Salvia, malgré son aspect visuel comparable, surtout au niveau des feuilles. Il est simplement membre des Lamiaceae. De même, le Teucrium scorodonia est appelé sauge des bois.

Précautions

Certaines plantes entrent en contradiction avec certains médicaments. Consultez d’abord votre médecin.
L’huile essentielle de sauge contient de la thuyone, une substance abortive et neurotoxique. Pour cette raison, son utilisation est déconseillée aux femmes enceintes, mais aussi aux personnes souffrant d’épilepsie.

En respectant les doses, la sauge ne provoque que très rarement des effets indésirables, qui se traduisent dans ce cas par des nausées ou des vomissements. En revanche, au-delà de 15 g par jour, elle est susceptible de causer des palpitations, des bouffées de chaleur, des convulsions et des vertiges.

En raison de la quantité de vitamine K contenue dans la sauge et de son action anticoagulante, cette plante doit être utilisée avec précaution chez les personnes se trouvant sous traitement médicamenteux anticoagulant. La sauge est également susceptible d’interagir avec des médicaments contre l’anxiété (les benzodiazépines), les troubles psychiques (neuroleptiques) et l’épilepsie.

Conseils et cas vécus de Maria Treben

La sauge, qui appartient à la famille des labiées, est également désignée par les appellations populaires herbe sacrée, thé d’Europe, thé de Provence et de Grèce, grande sauge. Elle est originaire d’Europe du Sud et est cultivée dans nos jardins.

saugeElle atteint une taille de 30 à 70 cm, ses fleurs violettes sont en épi. Les feuilles opposées d’un blanc feutré ont des reflets argentés et dégagent une odeur épicée et quelque peu amère. La sauge des jardins doit être cultivée dans un endroit protégé et ensoleillé. En hiver, je la recouvre de branches de sapins, car elle est très sensible au gel. Nous en trouvons une autre espèce, la sauge des prés, (Salvia pratensis) sur les talus, les pâturages et les prairies. Les fleurs bleu foncé à violettes qui dégagent une odeur aromatique se reconnaissent de loin. On n’utilise la plupart du temps les fleurs de la sauge des prés que pour faire des gargarismes ou pour fabriquer du vinaigre de sauge (on laisse macérer une poignée de fleurs dans du vinaigre naturel) et on l’utilise comme friction bienfaisante aux personnes alitées pendant une longue période de temps. Les feuilles sont cueillies avant la floraison en mai et en juin. Comme la plante produit des huiles éthérées pendant les jours chauds et ensoleillés, les feuilles ne sont cueillies que par journées ensoleillées, si possible à l’heure de midi, et elles sont séchées à l’ombre.

Cependant, la sauge officinale citée plus haut et dont je parlerai plus en détail par la suite possède davantage de propriétés thérapeutiques que la sauge des prés.

La sauge jouissait déjà chez nos ancêtres d’un prestige certain. L’école de Salerne a accompagné la sauge, après Sainte Hildegarde, de cet axiome édifiant: « Pourquoi mourrait l’homme dans le jardin de qui pousse la sauge si ce n’est qu’il n’existe aucun remède contre le pouvoir de la mort ? » Le nom seul reflète la réputation que les hommes ont accordée depuis toujours à cette plante médicinale. Salvia est dérivé du latin « salvare » ( sauver, soigner).

Nous lisons dans un ancien livre sur les plantes à quel point la sauge était renommée dans les temps anciens: lorsque la Sainte mère de Dieu dut fuir devant Hérode avec l’enfant Jésus, elle demanda à toutes les fleurs des champs de lui venir en aide ; mais aucune ne lui offrit asile. Elle se pencha alors vers la sauge, et ce fut là qu’elle trouva refuge. Elle se cacha avec son petit enfant sous des feuilles denses et protectrices, échappant ainsi aux sbires de Hérode. Ils passèrent par là et ne la virent pas. Lorsque le danger fut éloigné, la mère de Dieu ressortit et parla avec amour à la sauge : « à partir de maintenant, jusque dans l’éternité, tu seras une des fleurs préférées de l’homme. Je te donne la force de guérir les hommes de toute maladie; sauve-les de la mort, comme tu l’as aussi fait pour moi. » Lorsque l’on a rassemblé des expériences pendant des années avec les simples, et que l’on a souvent imploré la protection et l’assistance de la bien-aimée mère de Dieu pendant les moments difficiles, l’on ressent de sa foi la plus profonde et avec une réelle confiance qu’elle étend ses mains protectrices sur nos simples.

saugeLa tisane de sauge, bue fréquemment, fortifie tout le corps, prévient les attaques d’apoplexie et a une action très positive en cas de paralysie. En cas de sueurs nocturnes, c’est la seule plante, avec la lavande, qui peut procurer un soulagement : elle guérit la maladie à la base des sueurs nocturnes et guérit grâce à ses propriétés toniques le grand état de faiblesse accompagnant ce trouble. Bien des médecins ont reconnu les bonnes propriétés de la sauge : ils en font usage avec succès en cas  de crampes, de maladies de la moelle épinière, de maladies des glandes et également de tremblement des membres. Pour soigner les maladies citées ci-dessus, l’on boit deux tasses réparties par gorgées pendant la journée. La tisane a également une excellente action sur le foie malade, supprime les ballonnements et les autres troubles liés aux maladies hépatiques. Elle a une action dépurative, aide à dégager les mucosités des voies respiratoires et de l’estomac, remédie au manque d’appétit et soigne les troubles intestinaux et les diarrhées. Pour soigner les piqûres d’insecte, l’on fait des compresses de feuilles de sauge broyées.

En usage externe, la tisane de sauge est particulièrement recommandée en cas d’angines, de maux de gorge, de formation de pus dans les dents, de pharyngite et d’inflammation de la cavité buccale. Beaucoup d’enfants et d’adultes auraient évité une opération des amygdales s’ils avaient utilisé à temps de la sauge. Lorsque les amygdales ont été enlevées, elles qui, en tant que police du corps, arrêtent et transforment les substances toxiques, ces dernières parviennent directement aux reins. Une infusion de sauge est également utile en cas de dents branlantes et saignantes, de déchaussement des dents et de tumeurs gingivales. L’on fait alors des gargarismes ou l’on place des tampons d’ouate imbibée de tisane sur les parties malades.

Chez les personnes irritables et les femmes souffrant de maladies du bas-ventre, un bain de siège à la sauge serait bon de temps en temps (voir « Formes d’utilisation »).

Outre l’utilisation positive de la sauge en tant que plante médicinale, il ne faut enfin pas oublier que la sauge est également un épice. Elle est utilisée en petites quantités, comme le thym ou la sarriette, dans les plats gras comme les rôtis de porc, d’oie ou de dinde. Le gibier prend également un bon goût lorsqu’on y ajoute une petite feuille de sauge. Dans les sauces au fromage et aux herbes, et dans les sauces épicées, il serait bon d’ajouter de la sauge, qui est bonne pour la santé.

Dans certaines régions, l’on fait des gâteaux à la sauge. L’on ajoute des feuilles de sauge broyées à la pâte, comme on procède pour l’anis.

Formes d’utilisation de la sauge

Usage interne
Infusion : ébouillanter 1 cuillerée à café d’herbes avec 1/4 de litre d’eau, laisser infuser rapidement.

Vinaigre de sauge : remplir de fleurs de sauge des prés une bouteille jusqu’au goulot, mais sans forcer, verser du vinaigre naturel par-dessus, recouvrant ainsi les fleurs, et laisser la bouteille reposer au soleil ou près d’une source de chaleur pendant 14 jours.

Usage externe
Bains de siège : mettre à macérer quatre poignées bombées de feuilles pendant la nuit dans de l’eau froide. Le lendemain, réchauffer le tout jusqu’à ébullition, et verser l’extrait chaud dans l’eau du bain.

Principales sources :

• Au jardin : www.aujardin.info
• Doctissimo : www.doctissimo.fr
• Femme Actuelle : www.femmeactuelle.fr
• Juste bien : www.justebien.fr
• Passeport Santé : www.passeportsante.net
• Plantes et Santé : www.plantes-et-sante.fr
• Secrets de plantes : www.secretsdeplantes.wordpress.com
• Wikipédia : www.fr.wikipedia.org

Des livres pour aller plus loin :

La Santé à la Pharmacie du Bon Dieu de Maria Treben – Ed. Ennsthaler Steyr
Les conseils pratiques des plantes médicinales prodigués dans cet ouvrage ont fait des milliers de fois la démonstration de leur efficacité. Vendu à plus de 8 millions d exemplaires, dans 23 langues et déjà un grand succès en édition française. La santé à la Pharmacie du Bon Dieu – Conseils et pratique des simples (des plantes médicinales) de Maria Treben, vous donne des conseils sur les plantes médicinales. Ce livre présente 31 plantes majeures (les simples), des conseils généraux sur l’herboristerie (cueillette, séchage…), la recette de l’élixir du Suédois et comment faire face à diverses maladies. Il y a aussi des planches en couleurs, utiles pour faire la cueillette soi-même. Un livre très pratique pour tous ceux qui utilisent les plantes médicinales.

Petit Larousse des plantes qui guérissent, de Gérard Debuigne, François Couplan, Thierry Folliard (Auteurs) – Editions Larousse 2009

Du bon usage des plantes qui soignent, de Jacques Fleurentin – Editions Ouest-France

Plantes de bien-être : Du bon usage des plantes qui soignent, de Camifolia – Editions Ouest-France

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *