migraine

La migraine résulte d’un dysfonctionnement énergétique

La migraine est une céphalée ou mal de tête pulsatile survenant par crises,
pouvant durer de quelques heures à quelques jours.
La migraine a un fort retentissement sur la qualité de vie et peut devenir handicapante.

Quels sont les symptômes de la migraine

migraineLes symptômes des migraines sont des douleurs lancinantes du côté droit ou gauche de la tête, parfois pendant des heures, voire des jours. La douleur suit les battements du cœur. Elle est souvent associée à d’autres symptômes : intolérance à la lumière, au bruit et aux odeurs, nausées, vomissements, etc. La migraine peut être précédée de signes prémonitoires : fourmillements ou, plus rarement, faiblesse d’un côté ou vertiges. Dans le cas de la migraine avec aura, la personne ressent d’abord des troubles visuels.

Lorsque la migraine est avec aura visuelle, on parle de migraine ophtalmique. Les troubles visuels ressentis sont habituellement : voile noir, éclairs en zigzags ou scotomes scintillants (un point scintillant qui grossit progressivement jusqu’à gêner la vision). Il s’agit d’un phénomène neurologique et non oculaire. Un examen ophtalmologique n’est pas nécessaire. migraineDans les autres cas, la migraine peut être précédée par un trouble sensitif ou un trouble du langage. Chez 20 à 30% des migraineux, la céphalée est précédée ou s’accompagne d’une aura, un trouble neurologique transitoire entièrement réversible.

Certains migraineux souffrent d’une forme particulière de migraine, la céphalée de Horton ou algie vasculaire de la face. Ce type de migraine est caractérisé par des douleurs très intenses et d’apparition soudaine, qui touchent un côté du visage au niveau de la tempe, de la joue ou derrière l’œil. La céphalée de Horton touche plutôt les hommes jeunes.

Reconnaître la migraine chez l’enfant

Les enfants peuvent être atteints de migraine dès deux ans. Souvent, on ne s’en rend compte qu’à partir de cinq ans, lorsque l’enfant est en mesure de décrire cette sensation douloureuse. Les crises de migraine sont courtes chez les tout-petits, mais elles ne sont pas rares : 5 à 10 % des enfants en seraient atteints.
Un bébé atteint d’une crise de migraine est grognon, il pleure et cesse de s’occuper. Il est pâle et se tient la tête. La crise peut s’accompagner de vomissements.

Complication éventuelles de la migraine

La migraine est une maladie handicapante, en raison de la fréquence des crises (2 ou plus par mois chez 40 à 50 % des patients), de leur durée (plus de 24 heures chez 40 % des patients), de leur intensité (sévère ou très sévère chez plus de la moitié des patients. Elle peut avoir un retentissement sur la vie quotidienne, professionnelle, sociale et familiale.

Facteurs déclenchants de la migraine, vus par la médecine

migraine

Les causes de la migraine ne sont pas connues. On a toutefois constaté que l’irrigation du cerveau était modifiée avant et pendant l’accès : d’abord une contraction des vaisseaux à l’origine des signes prémonitoires, puis une dilatation brutale, responsable des maux de tête. Il semble aussi que certains facteurs hormonaux jouent un rôle dans la migraine. Chez certains migraineux, des causes extérieures peuvent agir comme facteurs déclenchants : le stress, des troubles du sommeil, certaines conditions météorologiques, certains aliments, le bruit, des odeurs, une lumière crue, l’imminence des règles, etc.

Chez les enfants qui souffrent de migraine, il est important de rechercher des facteurs déclenchants, comme la chaleur, la lumière, le bruit, le manque de sommeil, la faim, etc. Les crises peuvent être associées à toutes sortes de facteurs de stress : un voyage, un changement d’environnement, des pleurs, etc. En contrôlant ces facteurs, on peut éviter une crise de migraine ou diminuer son intensité.

En France, la migraine touche environ 12 % des adultes (dont plus de la moitié sont des femmes) et 5 à 10 % des enfants selon les chiffres de l’Assurance maladie. Ainsi, près de 11 millions de Français seraient concernés par cette pathologie. migraiinePourtant, un tiers des malades n’ont jamais consulté et ont recours à l’automédication, en consommant des antalgiques ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), dont l’usage à long terme est dangereux pour la santé et qui ne font qu’estomper les symptômes douloureux. En effet, aucun traitement allopathique curatif et efficace dans le temps n’a, à ce jour, été découvert. Rien d’étonnant, lorsque l’on connaît la complexité de la pathogenèse de la migraine.

Une migraine survient quand il y a décharge anormale des neurones avoisinant les nerfs trijumeaux (système trigéminovasculaire), dans le cerveau. Quand cela survient, les trijumeaux produisent et libèrent des substances appelées neuropeptides vasoactifs, comme la substance P, la neurokinine A, le CGRP et l’oxyde nitrique.

Lorsqu’elles sont libérées, ces substances provoquent l’inflammation des vaisseaux sanguins avoisinants, ce qui a pour effet d’activer les récepteurs de la douleur situés à proximité (nocicepteurs). Quand les nocicepteurs sont activés, les nerfs sensoriels envoient des signaux aux régions du cerveau responsables de la production de la sensation de douleur, notamment le thalamus et le cortex cérébral.

La migraine, vue avec le prisme énergétique

Dans les considérations bio-chimiques de la médecine occidentale, les volets énergétiques et psychologiques semblent avoir été oubliés…

Si l’on considère que l’humain est une être bio-énergétique avant tout – et oui, nous ne sommes qu’un état vibratoire, tel que Planck et Einstein nous l’on démontré au début du 20e siècle – nous devons prendre en considération le circuit énergétique de l’humain, son fonctionnement, et sa psychée.

Ces connaissances bio-énergétique, si elles ont été redécouvertes récemment, sont connues depuis des millénaires et régissent le fonctionnement de l’être humain.

Rappel de généralités sur les nadis

Nadi en sanskrit, signifie vibration, mouvement, donc la Vie.
Nous pouvons considérer que les nadis sont des sortes de canaux énergétiques subtils, dans lesquels circule le Prâna (ou Énergie vitale, ou Énergie divine…), selon un processus très complexe.

migraine

Le Prâna ou (Énergie de Vie) est donc véhiculé au travers de l’être humain, à l’aide des nadis, pour alimenter les organes, les glandes, les muscles, le squelette…

Cette circulation d’Énergie de Vie est conditionnée par une multitude d’éléments tels les heures, les mouvements solaires et lunaires, l’état du moment de l’être humain considéré, autant sur le plan physique, que psychologique ou énergétique.

Sachant que sans cette circulation énergétique dans le corps, il n’y aurait pas de vie, aussi il est indispensable que la qualité de cette circulation soit optimum, pour participer à l’obtention d’un bon état de santé.

A l’image d’un canal sanguin, lymphatique ou nerveux, un nadi peut effectivement être sectionné, devenir poreux ou s’encrasser, générant ainsi des conséquences aussi diverses qu’importantes. Des accidents, des opérations mal réalisées ou mal acceptées, une mauvaise respiration, une alimentation déséquilibrée, et en général une mauvaise hygiène de vie, affecteront souvent les nadis.

La plus ou moins bonne « qualité » de cette énergie de Lumière qu’est le Prâna, qui fait que son flux peut générer à sa surface une sorte de « croûte ». Lorsque cette « croûte » se polarise vers l’intérieur du flux prânique, elle participe activement à un effet d’encrassement de l’organisme éthérique.

Lorsque cette croûte perdure et s’accumule, elle parvient à se polariser à l’extérieur du flux prânique. Ce faisant, elle perd alors de sa « matière » usée et crée ainsi des déchets appelés scories éthériques. Ces scories participent à générer une mauvaise circulation énergétique.

Des sentiments générant des basses vibrations, tels le stress, l’anxiété, la colère, la peur… agissent sur la qualité du prâna en circulation dans l’organisme et favorisent la création et la prolifération de scories éthériques. C’est pourquoi un nettoyage et un bon centrage du corps éthérique s’avèrent des plus bénéfiques. De même qu’une bonne harmonisation des centres énergétiques (chakras).

Circulation énergétique et migraine

Nous venons de voir que différentes causes peuvent participer à une circulation énergétique défaillante dans l’être humain, migrainequ’elles soient d’origine physiologique ou psychologique.

En conséquence, la ou les partie(s) du corps mal irriguées énergétiquement parlant, vont connaître des dysfonctionnement à l’origine de maux quelquefois très éprouvant, telle la migraine.

Par exemple, nous savons que lorsque nous générons de la colère, cette énergie de basse vibration sera stockée dans le foie.

Que se passe-t-il lorsque le foie est à saturation de cette énergie de colère ? Et bien elle est évacuée par le méridien de la vésicule biliaire, vers les nadis de la tête.
Ce surcroît énergétique de basses vibrations va engorger le réseau complexe des nadis de la têtes, et les « alarmes » seront les constituées par les douleurs lancinantes, qui désignent la migraine.

Dans ce cas, il convient de « nettoyer » énergétiquement, le foie et le réseau des nadis de la tête, pour corriger ce dysfonctionnement et éliminer la migraine.

Ce type d’intervention est prévue dans les protocoles de Soins Esséniens.


Principales sources :

• Ameli : www.ameli.fr
• Inserm : www.inserm.fr
• Passeport Santé : www.passeportsante.net
• Vidal : www.vidal.fr

Article complémentaire : Maux de tête et migraines

* En aucun cas les informations et conseils proposés sur ce site sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin. Elles peuvent être un complément de traitement.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.